AccueilFAQBlogRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BHL, ce héros...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Metavy

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 29
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Nom: Boris Raspoulov
PV:
12/12  (12/12)
Métier: Bûcheron

MessageSujet: BHL, ce héros...   Mar 24 Mai - 11:25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Nombre de messages : 1103
Date d'inscription : 25/05/2008

Feuille de personnage
Nom: Venceslas Iosef
PV:
9/11  (9/11)
Métier: Psychologue

MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   Mar 24 Mai - 13:32

C'est en quelle qualité qu'il a été invité à la barre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vulgus.net
Metavy

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 29
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Nom: Boris Raspoulov
PV:
12/12  (12/12)
Métier: Bûcheron

MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   Mar 24 Mai - 19:10

En qualité de témoin. C'est un philosophe, il sait comment le monde tourne...

Plus sérieusement, l'une des rares fois où les caméras sont autorisés dans un tribunal, c'est juste le jour où BHL se permet de témoigner dans un procès qui fait grande pub. Faudrait qu'il arrête de demander des services à ses grands amis. Remarque, il a pu passer pour un con à échelle internationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Metavy

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 29
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Nom: Boris Raspoulov
PV:
12/12  (12/12)
Métier: Bûcheron

MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   Jeu 10 Nov - 16:20

Et on en remet une couche!

Sérieusement, ce mec est un mégalo de première, c'est hallucinant. Alors, cette fois-ci, BHL publie un nouveau livre. Trois semaines après la guerre en Libye, il présente dans ce bouquin de plus de 300 pages (très vite écrit, donc) sa vision de cette guerre. Soyons honnête, c'est du foutage de gueule. Je n'ai pas lu le livre, mais basé sur plusieurs articles/critiques que j'ai lu à droite à gauche, voilà ce que j'en tire:

- Remercions BHL, sans lui, la guerre en Libye n'aurait pas eu lieu.
- Quand personne ne faisait rien au gouvernement et à l'ONU pour aider le Président de la République si désireux de sauver la paix (parce qu'il était le seul chef politique à comprendre que la guerre était nécessaire pour arrêter le vil félon aux Rayban), il a appelé Sarkozy et lui a dit qu'il était prêt à servir d'homme de liaison sur le terrain. C'est comme ça que le super président (qu'il glorifie un peu beaucoup dans le livre) décide de travailler de concert avec lui pour vaincre le méchant dictateur. Non, parce qu'Alain Juppé, il est mignon, mais c'est juste le Ministre des Affaires Etrangères. La guerre en Libye, c'est pas lui le plus qualifié pour. On sait tous qu'un philosophe, c'est un véritable stratège et diplomate.
- Ca explique pourquoi BHL est apparemment acclamé comme une sorte de Messie par les rebelles et les amoureux de la paix au Moyen-Orient (j'exagère un poil les propos, mais d'après ce que j'ai pu voir, c'est à peine voilé dans les lignes du texte).
- Ainsi, l'organisateur dans l'ombre de toutes ces alliances et le gardien de la paix en Libye, l'homme de main du Super Président sauveur de l'humanité, c'était lui. Et personne ne le sait assez en France. Heureusement, il y a désormais un livre pour le savoir. Franchement, on se demande où était Chuck Norris pendant ce temps.
- Il semble aussi que dans son livre, tout les 'alliés' (rebelles, insurgés, membre d'Al'Qaïda en Libye, mercenaires, ...) soient en fait d'une seule et même catégorie : ceux qui aiment la liberté. Ah, ben du coup, on devrait bien s'entendre avec les terroristes, désormais. C'est juste des mecs aussi cools et sympathiques que des civils opprimés qui font des manifestations (plus ou moins) pacifiques dans les rues. Et les mercenaires qui ont violé/massacré des innocents de manière parfois (extrêmement) brutale sont en fait des gentils protecteurs. C'est pas écrit comme ça, mais le manque de nuanciation du texte en donne l'impression.

Enfin bon, je me moque un peu de BHL, mais en même temps, faut le comprendre. Il a passé des années à essayer d'être un Homme de l'Histoire. Il a tenté de s'ingérer dans plusieurs conflits dans le monde (enfin, surtout les plus médiatisés et qui n'étaient pas déjà gérés par les Etats-Unis ou l'ONU), accusant souvent (en fait, toujours) un échec cuisant et une humiliation (en Bosnie, par exemple)... Surtout la fois où il n'a été là que le temps que ça fasse la une pendant une semaine et qu'il a arrêté de s'en mêler quand ça n'intéressait plus la presse (même si le problème continuait toujours). Je ne suis plus sur de ce que c'était que cette affaire là, mais je me souviens qu'il avait vraiment été là uniquement pour la presse.

Donc bref, cette fois, la guerre a été réussi, et donc il a enfin un 'grand' truc dans l'Histoire qui fait qu'on lui fera une statue, on le mettra au Panthéon, on donnera son nom à une bourse cool, on oubliera ces dizaines d'humiliations pour avoir tenté d'obtenir la gloire alors qu'il était un bouffon...

Oh, et il y a un film sur son livre (ou son travail en Libye, je sais plus), en cours de réalisation.

Putain. De. Mégalo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Metavy

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 29
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Nom: Boris Raspoulov
PV:
12/12  (12/12)
Métier: Bûcheron

MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   Jeu 10 Nov - 16:48

Allez, on continue. Oui, je sais, il m' rien fait. Mais je déteste ce genre de mec.

Donc cette fois, parlons d'un échec totalement injustifié de BHL : sa carrière de génie cinéaste, qui se résume à un film, Le jour et la Nuit.

Bon, je vais faire du copier coller de texte que j'ai choppé à droite à gauche, ça sera plus rapide.

Synopsis :


Écrivain vieillissant, Alexandre (Alain Delon) vit en monarque au fond du Mexique. Entouré de sa cour (personnages étranges et mystérieux), il trompe l'ennui par l'alcool, la boxe, les femmes et la montgolfière. Désireux d'acquérir les droits d'adaptation du premier roman de l'artiste, le producteur Filippi (Karl Zéro) et son actrice Laure (Arielle Dombasle) arrivent bientôt dans la vie de l'auteur célébré. Alexandre et Laure vont, peu à peu, se rapprocher et déclencher au sein de la communauté les passions les plus extrêmes...


On notera donc la présence d'Alain Delon (dont ce fut le dernier film en tant qu'acteur principal, si on excepte 'L'Histoire de l'humanité', qui est toujours en production depuis des millénaires), d'Arielle Dombasle (qui aurait du se cantonner au chant et au photos dans des revues qu'on pique à maman et qu'on regarde sous les draps tard dans la nuit avec une lampe torche) et de Karl Zéro (qui est nettement meilleur en producteur/scénariste).

Dans les trucs croustillants, on notera que le film n'enregistra que 73 147 entrées en France, dont 28 000 à Paris. L'œuvre avait pourtant bénéficié de 3,5 millions de francs de la Commission des avances sur recettes, organisme dont BHL était alors le président. J'espère qu'il a remboursé l'organisme depuis.
La production (franco-belgo-canado-espagnole, pour un film qui est tourné au Mexique) fut coordonnée par Les films du lendemain, société créée par le propre père de BHL et François Pinault, pour un budget total de 53 millions de francs, ce qui représentait une somme énorme pour un film français. Film d'ailleurs dédié au père de BHL (sans doute plus pour le coup de pouce financier qu'autre chose).


Et c'est maintenant qu'on va commencer à se marrer :

Citation :
Accueil critique

Les Cahiers du cinéma ont qualifié Le Jour et la Nuit de « plus mauvais film français depuis 1945 ».

Le Jour et la nuit a été présenté hors compétition à la Berlinale 1997. A cette occasion, le critique Didier Péron qualifie le film, dans Libération, de « navet certifié ». A noté qu'à cette compétition, les gens se mirent à hurler et huer en coeur et à insulter le film comme jamais on avait vu avant.

Gérard Lefort, dans Libération, est l'auteur d'un pamphlet sardonique : « L'actrice, c'est l'Actrice, c'est donc Arielle Dombasle, plus pouliche cambrée que jamais, dont on a d'autant plus le loisir d'admirer son admirable plastique de pin-up que l'essentiel de son jeu se résume à deux expressions pour calendrier de routiers: d'une part, «tu l'as vue ma grosse bouche sensuelle ?»; d'autre part, «tu veux la revoir ma grosse bouche sensuelle ? ». Il conclut « BHL pédale dans le guacamole. Tourné au Mexique, le Jour et la nuit aborde quelques thèmes essentiels (l'Art, la Passion, la Politique), avec la légèreté d'un bulldozer. [...] Le film avance d'ailleurs comme un bulldozer dans un champ de navets : je suis allé à la séance de 18h, deux heures plus tard, j'ai regardé ma montre : il était 18h20 ».

L'Humanité décrit le film en ces mots : « Rien à sauver là-dedans. Débâcle absolue, d'autant plus qu'est patente la prétention ».

L'Express décernant la « palme du grotesque » à Karl Zéro, commenta : « Un roman-photo où une actrice innocente comme l'agneau (Arielle Dombasle), flanquée d'un producteur en bermuda (Karl Zéro), débarque au Mexique chez un écrivain démiurge (Delon) et ses marionnettes : femme (Marianne Denicourt), amant de celle-ci (Xavier Beauvois), parrain local, etc. Tous les clichés sont respectés ».

Olivier Nicklaus, des Inrockuptibles, parle d'un film « prétentieux et grotesque » et ajoute : « C'est comme si un mauvais génie avait poussé BHL à justifier l'hypothèse de l'imposture. S'il ne cesse de clamer que le cinéma lui offre une nouvelle vie, artistiquement pourtant son film est un suicide. ».

Claude Chabrol a déclaré dans Le Figaro du 15 janvier 2002, sur Bernard-Henri Lévy et Le Jour et la Nuit : « Là, c'est très intéressant comme cas. C'était très mauvais. Je le connais un peu parce que nous étions ensemble à l'avance sur recettes. Il est loin d'être bête. Il est intelligent et même subtil. Mais il a fait le film le plus con de l'année. Le plus grave c'est que tout le monde le lui a dit mais il refuse de le croire. Il pense qu'il est en avance. L'auteur de L'Invasion des tomates géantes pensait peut-être qu'il était un génie mais il ne l'a jamais dit. »

Le critique Jean-Baptiste Morain écrira quelques années après la sortie : « Disons-le sans agressivité : tout amateur de cinéma peut continuer à constater l’étendue du désastre du simple point de vue de la fabrication : pas de cadre, pas de direction d’acteurs (Delon-Dombasle), un montage à la truelle, un enfilage de clichés sur la mort, la création, le Mexique et les montgolfières. Aucun intérêt ».

Le site Nanarland considère le film comme un nanar de premier choix, et lui consacre deux longues analyses, le décrivant ainsi : "époustouflant d'arrogance, de laideur et de niaiserie, Le Jour et la Nuit tient aisément et sans pâlir son rang de nanar de compétition".

Le philosophe et satiriste François-Xavier Ajavon a consacré une longue chronique au film, intitulée Symbolisme et temporalité bergsonnienne dans Le Jour et la Nuit, qui décortique notamment la genèse du film. Il le décrit en ces termes : « L'intrigue du film se passe dans un Mexique de fantaisie, plus proche de l'opérette Sous le soleil de Mexico de Francis Lopez, que du Mexique glauque, moite et touchant de Sam Peckinpah. [...] L'univers visuel de BHL est plus proche d'une série de l'été sur TF1 du genre « Les Cœurs brûlés », ou d'un téléfilm érotique du vendredi soir sur M6… Dans ce cadre d'une immense laideur, plusieurs personnages falots s'ébrouent autour d'Alexandre (joué par Alain Delon), écrivain français déchu, alcoolique, dépressif, qui vit un exil fanfaron dans une hacienda en carton ». Il conclue en ces mots : « Echec esthétique, commercial et critique sans appel. ».

En 2009, Claude Chabrol classera même Le Jour et la Nuit parmi les trois « Plus mauvais films de l'Histoire du Cinéma », aux côtés de Fanny et de Folies bourgeoises.


Bien sûr, ce ne serait pas aussi fun si on voyait les réactions de BHL face à son retentissant échec (parce que oui, le bonhomme ne s'avoue pas vaincu). En effet, même si il arrête sa carrière de cinéaste et admet dans un de ses livres que ça a été un 'bide-bang', notre grand héros a quand trouvé le moyen de balancer à droite à gauche que "tous ceux qui nous huent sont des analphabètes ou des salauds!", ou encore « Pour Le Jour et la Nuit si je devais regretter quelque chose, c'est d'avoir été un peu... mégalo. J'ai fait trop grand, trop fort, trop beau, trop tout... », et qu'il trouve le film "absolument réussi. J'ai revu le film, et je ne vois pas où est le problème. Je le tournerais aujourd'hui, je ne changerais rien."
Du coup, c'est surement nous (gens du peuple, critiques, amoureux du septième art) qui ne comprenons rien au cinéma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morigan

avatar

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 26/05/2008

Feuille de personnage
Nom: Mael Lebihan
PV:
12/12  (12/12)
Métier: Bouquiniste

MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   Jeu 10 Nov - 17:35

En dehors du fait que je suis parfaitement d'accord avec tout ce que tu as dit, je trouve que tu fais trop d'honneur à BHL en lui dédiant coup sur coup deux posts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ker.morigan.free.fr/
Metavy

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 29
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Nom: Boris Raspoulov
PV:
12/12  (12/12)
Métier: Bûcheron

MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   Jeu 10 Nov - 18:10

Bôf, comparé à tout l'honneur qu'il s'autoproclame, je suis encore gentillet. :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Nombre de messages : 1103
Date d'inscription : 25/05/2008

Feuille de personnage
Nom: Venceslas Iosef
PV:
9/11  (9/11)
Métier: Psychologue

MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   Mer 30 Nov - 20:11



Extrait de son site officiel, http://www.bernard-henri-levy.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vulgus.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BHL, ce héros...   

Revenir en haut Aller en bas
 
BHL, ce héros...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AnswerPlace :: Un peu de culture (ou presque) :: Actualités, politique et société-
Sauter vers: